Dylan Ferrandis “Je suis épuisé, j’ai tout donné sur la piste”

Dylan Ferrandis “Je suis épuisé, j’ai tout donné sur la piste”

Quel régal, ce début de saison d’outdoor de Dylan Ferrandis. En l’espace de quelques semaines, le pilote Français est passé de rookie devant faire ses preuves à grand favori de la catégorie reine. Affuté comme jamais et vainqueur de 3 des 4 épreuves de ce début de saison, Dylan Ferrandis n’a pas encore terminé la moindre manche hors du top 3. Une régularité qui lui permet désormais de compter 14 points sur son premier rival au championnat; Ken Roczen. Le rendez-vous de Southwick – samedi prochain – se doit figurer parmi vos priorités du weekend…

Dylan Ferrandis – en conférence de presse: En tant que rookie et dans ma situation, je n’ai pas gagné beaucoup de courses dans ma vie. Donc, je n’arrive jamais sur une épreuve en pensant que je suis le meilleur, que je vais gagner à coup sûr. Chaque fois que je me place derrière la grille, je me dis : “Ok, on va essayer de faire le meilleur possible et on verra”. Une nouvelle fois, c’était une journée de dingue aujourd’hui. Je me suis senti bien toute la journée sur, et hors de la moto. J’ai tout donné dans la première manche, et j’ai essayé de faire la différence dans mes trajectoires. Je pense qu’en première manche, sauter le Larocco’s Leap était la clé. Je voyais le gars devant moi qui ne le sautait pas, ça me surprenait. J’essaie d’être intelligent, et de ne rien lâcher jusqu’à la fin. Ça a payé maintenant. Je suis vraiment content. […]

Pendant le break, je n’ai rien travaillé de particulier; je me suis juste habitué à l’humidité et à la nouvelle piste en Floride. J’ai gardé la même routine que celle que j’avais en Californie. Le matin, on roulait sans cette humidité à Red Bud. Comparé à la Floride, c’était tellement plus facile ! J’ai senti que ce  serait plus simple d’attaquer. C’était moins dur physiquement et je pouvais donner plus. C’était fun. En Floride, la terre est vraiment bonne et on peut faire évoluer les ornières, les virages, tour après tour, comparé à la Californie où la surface est plus compacte. Ici, j’ai le même programme, mais sur une autre propriété et à un autre endroit. […]

4 épreuves, et 3 victoires pour notre Français ! @Yamaha-Racing

La chute de Ken était violente. J’ai mis quelques tours à me remettre dedans. Il y avait une opportunité pour gagner des points; il fallait que j’évite les erreurs. Je voulais attaquer, mais je n’y arrivais pas vraiment. Devant, ça attaquait vraiment fort et il a fallu que je récupère un peu pour attaquer avant la fin de manche. On ne veut jamais voir ses concurrents tomber; j’ai été surpris car Ken ne chute pas souvent comme ça. Il m’a fallu deux tours pour me remettre dans la course à la victoire ensuite. […]

Je suis épuisé, j’ai tout donné sur la piste. Eli Tomac est un peu pareil; je ne suis pas certain que quelqu’un ait déjà réussi à le doubler dans le dernier tour d’une manche comme je l’ai dit sur le podium, ça prouve à quel point il est fort en fin de manche. Je suis peut-être comme ça aussi, je ne sais pas trop. Quand il y a un pilote devant moi, je fais tout pour le doubler, c’est aussi simple que ça. […]

En ce qui concerne la pénalité, je n’ai pas vu le replay. C’est assez dingue et je ne vais pas dire ce que je pense vraiment, mais vous le savez probablement déjà. Ce qui est dingue, c’est que je n’ai jamais vu ce drapeau à croix rouge car il était agité sur la réception du saut. Mon équipe m’a dit qu’il y en avait un dans le virage d’avant. J’ai décidé de ne pas sauter car il y avait un drapeau jaune, pas à cause d’un drapeau médical. Sur l’instant, je me suis dit que c’était plus sûr pour moi. Je n’avais rien à gagner à sauter ce saut, donc j’ai juste fait un amorti pour sauter la moitié; et là, il y avait le drapeau médical à la réception. C’est stupide. Si tu demandes à Ken, il dira la même chose. Il a sauté car il y avait un drapeau jaune, et sous un drapeau jaune, on peut sauter. Je ne pense pas que le problème vienne des pilotes car je pense que Ken et moi, on sait qu’il est inutile de prendre d’aussi gros risques pour rien. Le problème, c’est là où étaient les commissaires. Si l’AMA veut en parler avec moi, no problem’. S’ils veulent venir en discuter avec moi et savoir comment on peut faire encore mieux, ils sont bienvenus. Je trouve que ce n’est pas cool, ça ne fait pas une grosse différence pour moi, mais peut être un peu plus pour Ken. Un point … on ne sait jamais. C’est dommage de perdre des points au championnat; on court après ces points, et on n’aime pas se retrouver dans ce genre de situation. Comme je l’ai dit, je ne veux pas prendre de risque sur un saut dans ces circonstances; c’était vraiment une situation particulière. […]

100% de podiums en ce début de saison … @Yamaha Racing

Comme je l’ai déjà dit par le passé; que les gens m’aiment ou pas ne m’affecte pas vraiment. Ce n’est pas important pour moi. Il y avait encore des gens qui me sifflaient sur le podium, j’ai trouvé ça plutôt drôle. Ce n’est pas important. J’aime quand le public nous encourage quand on est en bataille avec d’autres pilotes; c’est ça que j’aime, quand la foule est en délire et qu’on se bat bien, comme en première manche avec Ken, Aaron et moi. Que les fans m’encouragent moi ou quelqu’un d’autre, s’ils ne m’aiment pas, ce n’est pas grave. […]

Southwick, c’est là où j’ai signé ma première victoire aux USA. J’ai roulé sur tellement de pistes de sable en Europe et j’ai beaucoup d’expérience mais en même temps, c’était il y a longtemps. Ça fait cinq ans maintenant. Je ne roule pas souvent dans le sable en Californie. En Floride, nous n’avons pas encore roulé dans le sable. Tu auras tendance à perdre tes sensations dans le sable si tu ne t’entraînes jamais dedans. On verra bien. J’espère que pour Southwick, mon expérience de Lommel, Valkenswaard ou Lierop, tous ces tracés de dingue, va m’aider.”

Place à Soutwhick samedi prochain; du sable, du sable, et encore du sable… @Yamaha Racing

Médias