Dylan Ferrandis “objectif accompli, je suis fier”

Dylan Ferrandis “objectif accompli, je suis fier”

Ce weekend, Dylan Ferrandis est devenu le premier Français a remporter un titre MX US 250. Un troisième titre en poche, et une intersaison pour préparer son arrivée en catégorie reine dès 2021 …

Dylan Ferrandis – en conférence de presse

“C’est génial. L’objectif est accompli, je suis fier, et très honoré. Une saison de dingue. Je n’ai jamais eu un rêve aussi gros que celui de pouvoir gagner le Supercross et le Motocross; c’est vraiment génial. J’ai fourni le travail donc d’un côté, je sens que je le mérite. Il y a eu des hauts et des bas cette saison.

L’an dernier, terminer second derrière Adam, ce n’est pas quelque chose que je voulais revivre de nouveau. C’était vraiment très frustrant, j’étais vraiment énervé. Je sais ce qu’il s’est passé, je n’avais pas assez faim de victoire et lui oui et j’en ai payé le prix. Cette année, je voulais vraiment tout gagner et m’aligner derrière la grille pour gagner, et rien d’autre. C’est ce que j’ai essayé de faire chaque weekend et ça a marché, c’est génial, une saison parfaite pour moi. J’avais des rêves, j’ai rêvé d’être champion de Supercross, puis champion de Motocross aussi, mais être les deux la même année, c’est assez inattendu. (…)

J’ai débuté cette journée avec l’envie de gagner mais le championnat, c’était le but principal. S’il fallait perdre quelques places, ou une manche, pour devenir champion, j’étais prêt. J’étais vraiment content car Jeremy Martin était derrière moi en première manche. Je me suis dit que ça allait être la guerre comme à Millville mais j’ai creusé l’écart et doublé mon coéquipier pour terminer second derrière Jett. Après quoi, c’était presque déjà plié, j’avais 23 points d’avance, je pouvais me relaxer.

J’ai pris un bon départ en seconde manche, j’ai vraiment essayé de la gagner mais je suis tombé dans une petite portion ou il y avait beaucoup de poussière et je n’ai pas bien vu ou je mettais mes roues. Par la suite, j’ai attaqué pour revenir un peu mais j’ai fini par me dire que ça suffisait, j’ai terminé la manche en profitant des derniers tour sur la moto de Star Racing. (…)

Je ne sais pas ce qu’on va faire de ce bonus, on n’y a pas vraiment réfléchi. On pense à notre futur, et mon futur, c’est de monter en 450. La plupart des pilotes en 450 ont une maison en Californie et une en Floride, alors peut-être qu’on va faire pareil. La saison dernière, quand j’ai gagné mon premier championnat on a payé la maison et c’était assez pour nous, on n’a jamais eu pour objectif de devenir riche, on était très content. Le bonus est arrivé, encore, et encore, et c’est génial. On vit une vie normale, on n’a pas plus de besoins que n’importe qui. On a des sponsors de dingue qui veulent en plus nous faire des cadeaux, c’est ce qu’on a appris aujourd’hui. Peut-être qu’on va commencer à regarder des maisons en Floride pour penser à l’avenir et pour être dans la meilleure position possible pour le passage en 450. (…)

Je sais que j’ai fait des erreurs par le passé et j’ai appris de ces erreurs, c’est bon car ça vous aide à être meilleur et c’est pourquoi j’ai été meilleur cette année et que je le serai encore plus l’an prochain. Je pense qu’Adam et Chase m’ont montré la voie pour l’an prochain. Je vois ce qu’ils font, je me suis battu contre eux, je suis aussi bon qu’eux, si ce n’est plus fort si je travaille dur. Je sais que c’est un défi, on va travailler dur chaque weekend et voir. Nouvelle équipe, nouvelle moto… Je ne peux pas en dire beaucoup plus, mais on verra l’an prochain. (…)


Quand j’ai vu Justin Cooper avoir des problèmes avec sa moto pour la seconde manche, je me suis chié dessus, je ne voulais pas être l’énième Français qui ratait ce titre donc j’avais peur. (…)

Quand j’ai vu qu’il restait 5 tours, j’ai épargné mon moteur, j’ai roulé proprement et j’ai terminé la course. La chute n’était pas un problème. (…)

J’ai parlé à Jett après la première manche, je lui ai dit que j’avais besoin de le doubler pour gagner le championnat. J’ai essayé mais dans l’avant-dernier tour j’ai fait une petite erreur et j’ai lâché l’affaire car je n’étais plus assez proche de lui (…)

Marvin était là à la fin, nous sommes les deux seuls Français, on se connait, on parle, il était content, c’était cool qu’il vienne me féliciter. On n’a pas vraiment le temps de traîner ensemble mais on parle lors des courses. C’est le seul avec qui je peux parler de ce que je vis, il est le seul Français ici, je sais ce qu’il vit. Parfois, on se réconforte un peu je dirais. J’aurai aimé qu’il puisse gagner, ce n’était pas le cas, mais il était content pour moi. (…)”

Images: Yamaha Racing

Médias