Interviews

Jason Anderson « Parfois, tu te dis que tu ne verras pas la lumière au bout du tunnel »

Images: Kawasaki Racing

Jason Anderson n’y croyait plus. Depuis l’épreuve de Daytona, la saison de l’officiel Monster Energy Kawasaki avait pour le moins dérapé. Auteur de mauvaises courses, Jason Anderson a offert des points à la pelle à Eli Tomac ces dernières semaines, mais l’hémorragie a été stoppée à Atlanta avec une victoire. S’il reste second du provisoire après 14 épreuves, l’écart avec Eli Tomac ne sera pas comblé, sauf scénario catastrophe à Foxborough …

Jason, comment as-tu géré ce mois et demi? La vitesse était là mais tu as fait des erreurs. Comment t’es-tu reconcentré pour aller chercher cette victoire ce soir ?

Pendant un moment, tout allait dans mon sens et une fois arrivé à Daytona, tout est parti en vrille et j’étais frustré car je me suis retrouvé dans des situations dans lesquelles je n’aurais pas dû me retrouver. J’aurai dû avoir une meilleure lecture des finales, mieux les gérer. C’est difficile de tout donner quand tout semble aller contre toi. Gagner ce soir, ça fait du bien. Le week-end dernier, j’étais déçu car je m’étais dit qu’avec les progrès réalisés pendant la pause, j’allais être présent devant mais j’ai choppé un rhume avant la course. Ce week-end je me suis beaucoup mieux senti, mais malgré tout tu te retrouves quand même à douter de toi. Gagner ce soir, ça fait du bien.

Comment étais le tracé ce soir ?

Il n’était pas si pire. Il était très glissant lors des essais. Les whoops étaient défoncés mais ils n’étaient pas si horribles que ça, pas si difficiles même s’il fallait rester sur ses gardes. C’était une piste très rapide, c’était intimidant, surtout hier avec les énormes sauts qu’on devait envoyer, mais heureusement ils ont adouci la piste. C’était un tracé intimidant. La piste de Daytona n’est pas aussi grosse, et c’est un tracé avec plus de sable donc la vitesse y est réduite. À l’heure actuelle, 80% des pilotes 450 sont sur la touche à cause de blessures alors un triple de 35 mètres …. Je comprends qu’ils veuillent faire le spectacle pour les fans avec la plus longue ligne droite de départ, le plus gros triple, mais en fin de compte, on est à 4 épreuves de la fin du championnat, laissez-nous finir la saison avec de belles courses … Oui, on va tous devoir envoyer le même triple, mais avec la pluie, on était encore supposé envoyer ce saut … Je pense que le spectacle qu’ils essayent d’avoir avec certains enchaînements, c’est un peu trop pour nous pilotes, pour notre sécurité. On est humains, et on veut rester en un seul morceau, limiter les risques. On sait qu’on prend des risques, mais quand ils font des enchaînements encore plus gros, sur lesquels on n’a pas notre mot à dire, c’est frustrant, tout du moins pour ma part. Je déteste être le mec qui se plaint, mais il faut que quelqu’un en parle. Si quelque chose m’était arrivé sur l’un de ces sauts, j’aurais été vraiment très frustré de n’avoir rien dit.

Jason Anderson signe sa quatrième victoire de saison après quelques week-ends compliqués …

Lors de la manche qualificative, tu t’es bien battu avec Eli.

C’était cool. Je le sentais derrière moi, cette Yamaha est vraiment bruyante et je l’entendais encore plus à la fin de cette section de sable à chaque tour. C’était difficile de doubler lors de ces manches, mais c’était une belle bagarre.

Tu préfères le nouveau tracé d’Atlanta, sur le speedway, ou l’ancien tracé dans le stadium ?

Je roule bien dans ce speedway, mais je ne sais pas si j’aime vraiment tant que ça cet endroit. J’aimais rouler au Georgia Dome. J’ai apprécié ce tracé, mais j’aime aussi rouler dans les stadiums. S’ils font des tracés « normaux », alors ici ce sera très bien. Les fans étaient présents ce samedi et c’était cool.

Tu as l’air d’avoir bien pris en main la Kawasaki; mais reste-t-il des aspects de la moto dont tu dois encore apprendre à ce stade de la saison ?

J’ai roulé sur un châssis en acier pendant 8 ans, et je dois avouer que parfois, je suis encore un peu surpris par la Kawasaki et je pense que c’est en partie la raison de mes erreurs cette saison, même si j’ai rencontré du succès jusqu’ici. Parfois, je n’arrive pas à bien lire la façon dont la moto fonctionne. Le team travaille vraiment bien, et est plus ouvert d’esprit et on a également Broc Tickle pour nous aider, Broc est une bonne influence car il est très intelligent. S’entraîner avec lui, c’est cool car c’est l’un de mes amis, on s’entraînait ensemble quand on était chez Aldon Baker à l’époque et on partage nos idées. Ce n’est pas comme si on faisait des trucs de dingues, tout le monde fait la même chose pour être prêt pour les courses mais Broc comprend un peu mieux les choses en ayant été un pilote de haut niveau, et c’est cool de l’avoir à mes côtés.

Il faudra tout de même un petit miracle pour que le titre ne soit pas décerné à Tomac à Foxborough le week-end prochain

Tu as connu quelques semaines difficiles, tu n’as pas gagné depuis longtemps. Tu dois être vraiment satisfait d’avoir continué à tout donner et finalement d’en décrocher une autre.

Comme je l’ai dit, je suis vraiment super excité de pouvoir encore gagner. Ça fait vraiment du bien, surtout après tout ce chaos. Parfois, tu te dis que tu ne verras pas la lumière au bout du tunnel alors c’est vraiment bon de connaître une bonne soirée, de bien rouler, de gagner, ça te motive à continuer. C’est difficile quand tu te fais malmener, et tout le monde connaît ça, mais ça fait partie du sport. Malgré tout le stress que cela engendre, on revient et on en demande toujours plus.

Jason Anderson « Parfois, tu te dis que tu ne verras pas la lumière au bout du tunnel »
Retour