MXGP & Europe

Tim Gajser « Je voue un grand respect à Antonio Cairoli »

Tim Gajser « Je voue un grand respect à Antonio Cairoli »

Vingt points; c’est ce qui a séparé Tim Gajser de son cinquième titre mondial au terme de la saison 2021. Blessé à l’entraînement quelques jours avant le GP de Sardaigne, le pilote Slovène avait perdu la plaque rouge et, après une dernière victoire de GP en Allemagne, Tim Gajser n’avait pas été en mesure de défendre son titre lors de la finale de Mantova. Après une courte période de repos, le pilote Honda HRC a repris l’entraînement pour tenter d’aller reconquérir la couronne mondiale en 2022.

2021 a été une saison intense pour tout le monde, il s’est disputé jusqu’à 8 GP en six semaines. Quel regard portes-tu sur la saison 2021 ?

C’était une saison intéressante, il y avait beaucoup de bons pilotes et tout le monde était en forme, et j’étais assez satisfait de mon début de saison, jusqu’à la mi-saison, mais ensuite j’ai contracté une blessure juste après la Turquie et j’ai galéré. Je roulais avec des douleurs. Je suis revenu en forme assez rapidement, mais mentalement, je n’étais pas au point. J’ai terminé troisième du championnat et je n’ai pas pu défendre mon titre. De fait, ça me motive encore plus pour cette année. Actuellement, on est en Sardaigne et on se prépare pour 2022; j’attends avec impatience le premier Grand Prix, qui est finalement assez proche puisqu’on parle du 20 février au Royaume-Uni. Avec un bon début de saison, on peut essayer de récupérer la couronne.

L’Allemagne a été un moment marquant pour toi. Tu reviens de blessures et tu remportes l’épreuve. Comment as-tu vécu ce GP ?

C’était surprenant de gagner. C’était trois semaines après ma blessure, et on avait eu une semaine de repos entre Riola Sardo et l’Allemagne, et je ne m’attendais pas à me battre pour la victoire d’épreuve. C’était un super moment, mais depuis, ça ne s’est pas passé de la bonne façon, les problèmes ont commencé et je ne me suis pas senti bien à partir de ce moment, et jusqu’à la fin de la saison. C’était bien de gagner l’Allemagne, c’est le dernier GP que j’ai gagné.

Sus à 2022

C’était une saison intense; ça faisait quoi de faire partie de cette bataille pour le titre ?

Oui, c’était une saison incroyable, et nous étions tous là, à nous battre. La vitesse était très similaire entre les dix premiers et les départs étaient importants, plus importants que jamais. Si tu ne prenais pas de bons départs, il t’était difficile de t’en sortir. Ça s’est joué à la dernière épreuve, et on ne savait pas qui allait gagner. J’espère que la saison prochaine sera du même ressort.

Tu as pour habitude de t’améliorer à chaque intersaison, alors quel type d’améliorations souhaites-tu faire en 2022 ?

Nous sommes actuellement à l’intersaison, donc en pleine préparation et je suis super motivé, parce que j’ai loupé le titre, et je vais donner le meilleur de moi-même pour le récupérer. Tout se passe bien, et nous devons travailler sur les départs, parce que c’est vraiment crucial maintenant. Evidemment, ça a toujours été important, mais maintenant il y a tellement de gars rapides, et la dernière chose qu’on veut, c’est d’avoir à les doubler. On travaille donc sur les départs, mais aussi sur beaucoup d’autres choses. Tout peut être amélioré, la forme physique, la moto, le pilotage. Je suis connu comme étant un pilote agressif qui utilise beaucoup l’embrayage, je travaille donc sur ça.

Ce sera différent sans Antonio Cairoli; il va te manquer ?

Antonio va nous manquer, il va manquer à tout le monde. Il sera toujours impliqué, donc on le verra, mais plus sur les courses, ou peut-être qu’il fera quelques GP, mais pas toute la saison. Il va nous manquer ; on s’est bien battu et on a eu de belles batailles pour les titres. Je l’ai dit à plusieurs reprises, je lui souhaite bonne chance; il a fait beaucoup pour notre sport. C’est une légende et je lui voue un grand respect.

Jeffrey Herlings a décidé de rouler avec le numéro un en 2022, y as-tu déjà pensé si tu gagnes un autre championnat ?

J’ai eu l’occasion de rouler avec le numéro un mais je n’utiliserai pas ce dernier. Mon numéro signifie beaucoup pour moi et les gens qui m’entourent. Le 243 a une grande signification pour moi. Je suis fier de pouvoir rouler avec ce numéro.

En 2019, tu as roulé aux États-Unis sur la Monster Energy Cup. Depuis, le sujet ne revient pas vraiment, as-tu toujours envie de rouler outre-Atlantique ? 

Mon rêve était d’aller aux États-Unis et de rouler là-bas, mais la relation avec HRC en Europe est vraiment bonne et j’ai fait des courses aux US en 2017 et 2019, j’ai participé à la Monster Cup et j’ai adoré rouler dans le stadium contre les pilotes de Supercross. À mon âge, aller aux États-Unis à plein temps, c’est difficile, mais peut-être qu’avec le retour de la Monster Cup, si l’épreuve fait son retour, j’y retournerai, et pourquoi ne pas faire quelques épreuves du SX et de l’outdoor aux USA.

Gajser n’a remporté « que » 4 épreuves en 2022

Via Honda HRC

Retour