Tim Gajser, vers une nouvelle couronne mondiale en 2021 ?

Tim Gajser, vers une nouvelle couronne mondiale en 2021 ?

Champion du monde Junior 125 en 2012, champion du monde MX2 en 2015, champion du monde MXGP en 2016, 2019 et 2020, Tim Gajser parviendra-t-il à décrocher sa sixième couronne mondiale en 2021 ?

La saison dernière, le pilote Honda HRC Tim Gajser avait débuté sa saison 2020 en signant un 8-1 lors des manches du grand prix de Grande-Bretagne. Cette année, en raison de la fin tardive de la campagne 2020, la première course de la saison 2021 d’Oman sera repoussée plus d’un mois plus tard qu’à l’accoutumée, le 3 avril. Honda HRC nous propose aujourd’hui d’en savoir un peu plus sur la préparation de Tim Gajser à l’approche de la saison 2021.

Tim, comment se déroule ton intersaison ? Quel est ton programme d’entraînement ?

Jusqu’à présent, mon intersaison se passe bien. Je m’entraînais beaucoup en décembre, puis j’ai pris quelques semaines de repos. Maintenant, je suis en Sardaigne et je vais rester ici pendant un mois environ, à m’entraîner dur sur et en dehors de la moto. Le plan est de faire les trois courses italiennes puis de me rendre à Oman; j’ai hâte de reprendre les courses.

Est-ce que c’est différent des années précédentes, avec la fin tardive de la saison 2020 et le début tardif de la saison 2021 ?

D’une certaine manière, c’est différent parce que d’habitude, en janvier, je suis en Sardaigne, mais cette année, j’ai passé presque tout mon temps à la maison. Ensuite, les GP commencent généralement fin février ou début mars, donc cette année, tout semble un peu en retard. Je suis sûr qu’une fois que nous commencerons à rouler, tout redeviendra naturel.

Les restrictions de voyage ont-elles changé tes projets ?

Avec toutes les règles concernant le confinement à la maison, il n’y avait pas beaucoup de choix pour aller dehors et faire des activités. Quand j’ai eu trois semaines de repos, nous ne sommes pas partis en vacances, mais des amis sont venus et nous avons simplement traîné ensemble. Sinon, c’était juste des moments de détente et de fraîcheur parce que tout est fermé. J’ai pris beaucoup de temps pour recharger les batteries et ça m’a fait du bien de faire cette pause, mais maintenant j’ai hâte d’y retourner.

Est-ce que c’est plus facile cette année que l’an dernier, puisque tu roules avec la même moto et qu’il n’y a donc pas autant de testing à faire?

La moto est assez semblable à celle de l’an dernier, avec quelques changements, donc elle reste proche de celle avec laquelle j’ai gagné le championnat du monde en 2020. Quelques petites choses ici et là, mais dans l’ensemble, elle est très similaire, donc je me sens toujours très à l’aise dessus.

Quelle a été la réaction en Slovénie après ton titre mondial en 2020 ?

La réaction a encore été énorme. Mais c’était un peu différent parce que je ne pouvais aller nulle part pour faire des interviews, recevoir des prix ou pour la fête de bienvenue que nous avions organisée auparavant. C’était donc différent, mais la réaction a été forte et je suis extrêmement fier.

La Slovénie a connu une bonne année sportive, le motocross bénéficie-t-il d’une bonne couverture médiatique par rapport aux autres sports ?

La Slovénie compte beaucoup de bons sportifs dans une grande variété d’activités, mais je pense que le motocross se développe dans mon pays, avec beaucoup de jeunes enfants et de personnes qui veulent commencer à faire de la moto, donc je suis très heureux que la couverture médiatique inspire d’autres personnes à pratiquer ce sport.

As-tu regardé le SX ? Que penses-tu des résultats et qui t’as impressionné ?

J’ai regardé le supercross et j’ai été impressionné par Barcia qui a gagné les trois dernières manches d’ouverture de saison, c’est incroyable, mais Ken Roczen semble régulier et il a enfin gagné, donc c’est bien. La catégorie est pleine de très bons pilotes et c’est bon de voir comment les courses se déroulent là-bas.

L’année dernière a été pleine de hauts et de bas, à quel point était-il difficile de rester concentré et de maintenir un tel niveau de performance ?

L’année dernière a été une année difficile pour tout le monde. Beaucoup de choses nouvelles ont fait leur arrivées avec le calendrier, les tests et les voyages, mais en tant que pilote, nous devons toujours trouver la motivation pour nous entraîner dur, pour continuer à faire des efforts et pour être concentré à 100%. C’était dur mais dans l’ensemble, ça s’est très bien passé et je suis content des efforts que toute l’équipe a fournis pour remporter ce titre.

Tout le monde dit qu’il est plus difficile de défendre un titre, c’est ce qu’il semblait l’année dernière, mais penses-tu que ce sera encore plus difficile en 2021  ?

Défendre un titre est toujours difficile, mais le remporter pour la première fois est aussi très difficile ! Il faut être au top chaque semaine, essayer d’être régulier, de ne pas se blesser et je pense que 2021 sera une autre bonne année de course avec beaucoup de très bons pilotes dans la catégorie. Il y a beaucoup de vainqueurs de manche dans la catégorie et je pense que ce sera une saison intéressante avec beaucoup de batailles.

Est-il difficile de s’entraîner avec la même intensité, en ce moment, car la situation est encore très floue ?

Nous savons tous pourquoi nous nous entraînons, pourquoi nous nous entraînons si dur et c’est parce que nous essayons tous de gagner, donc je n’ai jamais eu besoin d’une motivation supplémentaire ou de quelqu’un pour me pousser. J’ai toujours trouvé la motivation et je sais comment faire.

Cela te dérangerait-il de continuer sur ce format d’une journée ?

Au début, quand nous avons commencé avec le format d’une journée l’année dernière, j’ai eu du mal à m’y faire et je ne me sentais pas très à l’aise, mais maintenant je sens que cela n’a pas d’importance pour moi, je peux m’adapter..

Et s’ils faisaient à nouveau des épreuves successives ? Dimanche-mercredi-dimanche

Même en faisant trois courses par semaine, si c’est ce qu’il faut faire pour sauver la saison, alors ça ne me dérange pas du tout. En fait, le format a très bien fonctionné l’année dernière pour faire beaucoup de courses en peu de temps, donc nous savons que c’est possible. J’espère que quoi qu’il arrive, les fans pourront revenir regarder les courses, nous encourager et venir nous voir dans les paddocks. Ces interactions avec mes supporters me manquent et j’espère qu’ils pourront venir assister aux courses. Ça rend l’atmosphère beaucoup plus agréable.

Avez-vous appris quelque chose l’année dernière qui vous aidera cette année à faire face à l’inconnu ?

J’ai beaucoup appris l’année dernière, avec tous les changements qui se sont produits, notamment sur la façon dont il faut pouvoir être flexible ; il faut s’adapter et simplement faire face à ce qui nous attend. Il ne sert à rien de se plaindre ou de souhaiter que les choses soient différentes ; il faut aller sur le terrain, être performant et avoir confiance en sachant que chacun a fait son travail et je sais qu’avec l’équipe HRC, je peux l’être. Nous avons fait beaucoup de courses en peu de temps avec très peu de jours de repos pour tout le monde, mais nous avons pris le même plaisir et nous avons maintenu le niveau, et nous avons travaillé sur tous les problèmes qui se sont présentés. Je suis confiant pour cette année et je sais que je peux faire face si les choses changent.

Via Honda Racing Corporation

Médias