Simon Langenfelder s’impose à Montevarchi

Simon Langenfelder s’impose à Montevarchi

Le pilote Diga-Procross GasGas Simon Langenfelder a été le plus fort en MX2 ce weekend en Italie; la nouvelle touche Joel Smets ?

Lire aussi: Simon Längenfelder “il faut être à 100% tout le temps, si ce n’est plus”

Le pilote Allemand – qui évoluait encore en EMX125 en 2019 – avait fait ses débuts sur le mondial MX2 en 2020 mais s’était rapidement blessé en se faisant percuter par un pilote à la réception d’un saut à Faenza. Un retour derrière les grilles positifs pour le jeune espoir qui évolue sous la direction de Justin Amian, et surtout, un triplé pour la marque GasGas puisqu’on retrouve les deux coéquipiers SM Action MC Migliori GasGas – Andrea Adamo (2-4) et Kevin Horgmo (3-3) – sur le podium de journée derrière Simon Laengenfelder (1-2).

Nouvelle course à perdre pour Nicholas Lapucci au guidon de sa Fantic 250 2 temps. Alors que le pilote Italien menait la première manche MX2, ce dernier est parti à la faute et voit alors ses espoirs de victoire au général s’envoler; le garçon terminera en 9ème position avant de s’imposer en seconde manche devant Langenfelder et Horgmo. Nicholas Lapucci termine 4ème de la journée (9-1) en devançant un très bon Jan Pancar (4-5).

Discret pour son retour en piste plus d’un an après sa dernière course (cause blessure à l’épaule), René Hofer – pilote Red Bull KTM – termine 6ème de la journée à Montevarchi (6-6) devant Yuri Quarti (5-12) & Emilio Scuteri (8-7). Petite déception du côté d’Isak Gifting – également pilote Diga Procross GasGas – qui ne termine que 9ème à Montevarchi (7-10) après un mauvais départ en première manche et une chute en seconde manche; le pilote GasGas  devance Tim Edberg (10-8).

Lire aussi: Isak Gifting, une révélation Suédoise en mondial MX2

Absent de cette troisième épreuve, le leader du championnat d’Italie – Ruben Fernandez – perd la plaque rouge au profit de Kevin Horgmo. Le Norvégien n’a pas terminé hors du podium sur les 6 premières manches de la saison; quand la régularité paye.

Image: Niek Kamper

Médias